TEST ORTHOGRAPHE FACILE

Etes-vous fort en orthographe?

Connaissez-vous la différence entre « ses » ou « ces », entre « er » ou « é » ? Passez un test pour le découvrir


L’orthographe (des racines grecques ὀρθός / orthὀs, « droit, correct », et γραφή / graphḗ, « écriture ») désigne l'ensemble des normes qui règlent la façon d'écriredans une langue. Toutes les langues n'ont pas connu cette standardisation de leur écriture, certaines n'ayant pas un rayonnement justifiant une telle normalisation, d'autres, comme le latin ayant adopté d'emblée une écriture respectant droitement la langue à transcrire. En fait, dès qu'une langue dépasse le simple cadre du parler dialectal ou régional, son nombre de locuteurs devenant plus important, on est souvent contraint de fixer des règles afin de faciliter la compréhension mutuelle des locuteurs à travers les écrits.

Les langues étant des systèmes de transmission orale de l'information très anciens avec une existence et donc des évolutions sur plusieurs plans (sémantique, grammatical, phonétique), leurs règles ne sont pas forcément logiques et leurs évolutions souvent décentralisées sont difficiles à contrôler. Il est rare qu'une autorité s'impose avec la capacité de fixer des règles admises par tous, et seul le contrôle total de l'enseignement permet d'assurer, par l'instruction des enfants, la diffusion de « la règle » que, en l'absence de logique, il est impossible de déduire de quelques principes simples.

L'une des grandes évolutions des langues fut l'invention de l'écriture, soit de systèmes de codage « symbolique » permettant de mémoriser à l'extérieur de soi des idées, des histoires, des comptes, des ordres, des lois... L'importance de l'écrit en matière administrative imposa l'idée que le respect de l'association entre signe et idée était de première importance et ce, afin que les administrateurs agissent toujours au mieux selon la loi et non selon leur caprice ou leur idées « propres » de la loi. Les Romains, choisirent une graphie « droite » parce que totalement respectueuse de l'oralité de la langue latine ; ainsi, nulle erreur de codification ne se trouvant possible, il n'y avait pas d'interprétation adventice pouvant être due à des erreurs de transcription. En la matière, la codification du latin reste d'ailleurs un étalon en linguistique, puisque tous les linguistes transcrivent toujours une langue au plus proche de son oralité, mais en utilisant un alphabet particulier, international, permettant d'obtenir une transcription « droite » (ortho) d'une nouvelle langue (ethnolinguistique).

Toute modification en la matière (y compris la normalisation), quel que soit le « progrès » qu'elle représente, doit également composer avec la situation présente et les habitudes des personnes pratiquant la langue écrite, qui n'en changeront pas sans difficulté.